Le mansplaining, tendance masculine à expliquer aux femmes ce qu’elles savent déjà.


Pourquoi nous n’avons pas besoin des explications des hommes sur nos propres problèmes.

     Après le manspreading, tendance masculine à écarter les jambes dans les transports (et plus généralement à s’approprier l’espace public aux dépens des femmes), voici un autre concept sociétal à décortiquer.

Le mansplaining, c’est lorsqu'un homme pense mieux savoir quelque chose au sujet des femmes que les femmes elles mêmes, et qu’il entreprend de le leur expliquer.

Nous allons prendre un exemple, pour mieux cerner le pourquoi et le comment du mansplaining.

Un jeune usager de Twitter, probablement bourré de bonnes intentions, a entrepris de nous expliquer, nous mesdames, pourquoi nous avions des règles douloureuses.
(Petite précision ; le tweet cité ci dessous cible explicitement les femmes, je suis consciente que certaines femmes n’ont pas leurs règles, ou que certains hommes les ont. Je continuerai toutefois cet article en écrivant au féminin, car cela me semble plus pertinent dans le cadre du mansplaining, sans que ça remette en question le genre des personnes réglées.)
Voici le thread* en question :





Bien sûr, certaines femmes ont re-posté son tweet en expliquant que c’était du mansplaining pur et dur, voici le genre de réponses qu’elles ont reçu.





     En effet, on est en droit de se demander pourquoi nous plaignons nous alors que de gentils hommes bienveillants essaient de nous expliquer que nous ne sommes pas censé.e.s souffrir autant, nous pourrions passer pour des ingrat.e.s.

Ce que fait ce jeune homme, en nous expliquant comment gérer nos règles, c’est supposer qu’il comprend mieux nos douleurs que nous mêmes, qui les vivons chaque mois, c’est supposer qu’ils sait mieux que nous comment soulager ces douleurs, c’est supposer qu’il en a appris plus en lisant un témoignage et un article sur le sujet que nous en 10, 20, 30 ans de règles (et probablement beaucoup plus de lectures).

Présumer, en tant qu’homme, que son savoir va aider des femmes sur un sujet qu’elles sont les seules à vivre, malgré son apparente inexpérience et son piètre travail de recherche, c’est ce que l’on appelle du paternalisme.
Le paternalisme est défini par le dictionnaire Larousse comme une “attitude consistant à maintenir un rapport de dépendance ou de subordination tout en lui donnant une valeur affective [...]”. En gros, tu es bien mignonne petite ingénue mais viens là que papa t’explique comment ça marche.

En plus de ça, ce jeune homme nous donne comme conseil… de manger sainement. En dehors du fait que c’est une recommandation quelque peu légère, la plupart des personnes ayant des règles douloureuses se sont rendues compte assez vite que manger sainement n’y changeait rien. Et que les règles douloureuses peuvent être signe de bien d’autres maux, d’une gravité variable, comme l'endométriose par exemple.

     Qu’est ce qui fait qu’aujourd’hui, des hommes pensent mieux savoir que les femmes certaines choses les concernant elles principalement ?
Et bien ce sont des années et des années d’éducation patriarcale apprenant aux hommes qu’ils savent mieux que les femmes car ils sont plus intelligents, plus puissants, et surtout plus objectifs. C’est ce qu’explique Donna Haraway (enseignante chercheuse et auteure américaine) dans son article Savoirs Situés. Dans nos sociétés, la parole des hommes est considérée comme objective, contrairement à la parole de toutes les autres minorités. En tant que communauté oppressée, les femmes ne pourraient avoir qu’un avis subjectif, biaisé par la domination qu’elles subissent.

C’est cette hiérarchie du savoir, cette dévalorisation des connaissances féminines qui font qu’aujourd’hui, des hommes inexpérimentés pensent pouvoir nous aider sur des sujets comme le cycle menstruel.
Ce mansplaining s’applique aux amateurs, comme aux professionnels. Pendant de très longues années, et encore aujourd’hui, les savoirs que les femmes ont acquis sur leur propre corps n’ont eu aucune légitimité face à ce que les médecins (principalement des hommes) apprenaient théoriquement dans les écoles de médecine.

L’idéal serait donc de cesser définitivement de dévaloriser la parole des minorités, que ce soit sur leur propres expériences comme sur n’importe quel sujet, en général. Nous ne sommes pas moins aptes que les hommes à produire du savoir sur nos propres corps, au contraire...

     Cesser de mansplainer n’empêche en rien les hommes, et les gens en général, de continuer de s’informer. Donc pour tout.e.s celles et ceux qui auraient des questions, je vous propose de surfer sur cette rubrique (et sur le site dans sa globalité) pour en apprendre plus sur les règles, la contraception et le corps des femmes. Avec comme actrices principales, les femmes elles mêmes.



     Quelques précisions :

* Thread : quand un usager Twitter veut exprimer une idée plus longue que le nombre de caractères autorisés dans un tweet, il en publie plusieurs à la fois. Il suffit de cliquer sur le premier tweet pour avoir la suite du raisonnement.



x

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Gaëlle Garcia Diaz et le "féminisme extrémiste"

Nikita Bellucci ou l'exclusion des actrices pornographiques

De l'importance des représentations : le cas Nana.